/content/detail_Fontaine%20a%20jet.html

Fontaine à jet

Description

Composée de deux réservoirs superposés ; le réservoir supérieur est supporté par quatre colonnes ; le réservoir inférieur sert de réserve d'eau. L'eau (ou le vin) versée dans le réservoir supérieur s'écoule par une des colonnes qui est creuse et s'échappe dans le réservoir inférieur en formant un petit jet.

Hauteur totale 44 cm, dimensions du socle : 24 x 17,5 cm

Décor polychrome avec dominante de camaïeu bleu.
Sur le réservoir supérieur :
(1) Le bain de Vénus
(2) Un chasseur et son chien poursuivant un lièvre
(3) Un paysan portant un sac de blé au moulin à vent
(4) Un bourgeois et une dame en conversation.

Sur le réservoir inférieur :
(5) Un pont réunissant deux villes ou châteaux
(6) Un paysan portant un sac de blé au moulin à eau
(7) Une ville fortifiée
(8) Un arbre, un chasseur, un château

Ces décors sont exécutés en camaïeu bleu, accompagnés d'arbres manganèse et vert. Encadrements jaunes, colonnes garnies de pampres.

Cet objet est extrêmement décoratif et tient compte de la perspective, bien que les proportions ne soient pas respectées (cygnes, etc...), comme les insectes dans le style rocaille qui commence à cette époque à Rouen.

La fontaine est gravée d’une inscription sur le fond "Fesit anno 1744 / par moy Marsollet"

Cette petite fontaine est connue depuis longtemps, elle est citée en 1869 par André Pottier, Histoire de la faïence de Rouen - Rouen, Le Brument, 1869, p. 402, repris par Ris-Paquot, Histoire des faïences de Rouen - Amiens, chez l'auteur, 1870.


Note historique sur Jean Guillaume Marsollet

Mouleur de Rouen, fils de Guillaume, avocat, et de Marie Catherine Charles. Il est né vers 1715 au Bosc-Asselin, il se marie le 26 février 1737 à St Sever (Rouen) avec Marguerite Rose Bedeau, fille de François, tourneur, et d'Anne Le Guay.

Une première fois veuf, il se remarie avec Catherine Hamel décédée le 11-04-1749 à l'âge de 23 ans. On trouve sa trace comme mouleur à Rouen de 1737 à 1747, entre autres chez Macarel, qui ne fait que du brun, en 39 et 40, puis on le retrouve comme marchand passementier en 1749. En plus de cette fontaine à jet faite par lui en 1744, on connaît un broc polychrome à son nom daté de 1748.

Jean Guillaume Marsollet, est parrain à St Sever, le 11-02-1744, d'un enfant de Noël Omont, peintre en faïence, et d'Anne Thérèse Bedeau. Il est sans aucun doute l'oncle de l'enfant

Une question se pose : pour certaine catégorie de pièces, dont ferait partie une pièce unique ou un chef-d'oeuvre personnel, les ouvriers pouvaient travailler à domicile et apporter la pièce à cuire chez un manufacturier, de préférence celui chez qui ils travaillent. Noël Omont, peintre et beau-frère de Marsollet, ne l'aurait-il pas aidé à peindre sa fontaine ?


Notice historique établie avec l'aide de M. Christian de la Hubaudière.

Pas encore membre ? S'inscrire.

Accès aux Objets

CeramicsCollector,
SARL au capital de 130 000 €
438 704 181 R.C.S. Paris
34, rue du Docteur Blanche 75016 Paris
+33 (0)6 74 96 57 57
+33 (0)1 53 59 59 50